L'Université

Louis Agassiz

Louis AgassizNé à Môtier (FR) en 1807, décédé à Boston (USA) en 1873, le naturaliste Louis Agassiz a exercé une profonde empreinte sur le développement de la vie scientifique neuchâteloise. Recruté par les autorités de la Principauté de Neuchâtel en 1832, ce jeune savant doté d'un charisme exceptionnel s'était déjà fait un nom dans les universités allemandes et à Paris, par ses travaux d'étude comparée et d'embryologie des oursins et des poissons fossiles et vivants. Dès 1837, il acquiert une réputation mondiale avec sa « théorie glaciaire » : à la suite d'expéditions alpines largement médiatisées, ses travaux sur le glacier de l'Aar lui permettent d'établir l'existence d'un âge glaciaire préhistorique, qui prolongeait la théorie des catastrophes de Cuvier.

En 1846, Agassiz émigre aux Etats-Unis, pour s'installer à l'Université de Harvard, où il crée le Musée de zoologie comparative, qui devient bientôt l'un des principaux musées scientifiques du monde. Fortement engagé dans la diffusion publique du savoir et dans la défense de l'instruction des femmes, Agassiz a joué un rôle décisif pour l'affirmation de la science en Amérique. Aujourd'hui, cependant, son héritage doit se mesurer à l'aune de ses thèses fixistes et de ses doctrines raciales.

Dès la parution de l'Origine des espèces en 1859, Agassiz se profile en effet comme l'un des principaux adversaires de Darwin. Farouchement opposé à l'évolutionnisme, le naturaliste suisse avait pourtant contribué à la mise en évidence du développement progressif de la vie et de la succession des espèces. Dans l'épistémologie finaliste d'Agassiz, cependant, ces filiations n'étaient pas génétiques, mais idéelles : elles suivaient un Plan divin de créations successives établi dès l'origine du monde.

Quoique catégoriquement hostile à l'esclavage des Noirs, Agassiz est marqué par un racisme viscéral. Ses positions relatives à l'infériorité de la « race noire » ne se distinguaient pas de celles partagées alors par l'énorme majorité des anthropologues. Mais à la différence de ses confrères, Agassiz s'est profondément compromis dans le débat public, en alimentant, avec son puissant prestige scientifique, une idéologie raciste aux répercussions politiques prévisibles. En 1863, il recommande ainsi aux autorités de l'Union de concentrer les esclaves affranchis dans certaines zones des états du Sud, afin d'éviter les conséquences selon lui néfastes de la contamination réciproque des races blanche et noire. Par-delà l'égalité officiellement proclamée, cette recommandation préfigurait en quelque sorte la ségrégation de fait qui s'imposera peu à peu, après la Guerre de Sécession.

Pour en savoir plus

  • FÄSSLER, Hans (2007). Une Suisse esclavagiste. Voyage dans un pays au-dessus de tout soupçon. Paris/Genève, Duboiris
     
  • KAESER, Marc-Antoine (2007). Un savant séducteur : Louis Agassiz (1807-1873), prophète de la science. Vevey, L'Aire
     
  • KAESER Marc-Antoine (sous presse). « Louis Agassiz », in Dictionnaire historique et critique du racisme (P.-A. Taguieff ed.). Paris, Presses Universitaires de France
     
  • LURIE Edward (1960). Louis Agassiz, A Life in Science. Baltimore, Johns Hopkins University Press
     
  • SCHAER Jean-Paul (2007). «Agassiz face à la diversité des races humaines», Bulletin de la Société neuchâteloise des sciences naturelles 130/1, p. 49-63.