Formation

Master bilingue en histoire

Aperçu des études

Les Universités de Neuchâtel et de Lucerne offrent un master d’histoire bilingue français-allemand unique en Suisse. La durée d’étude est de quatre semestres : inscrits pendant deux semestres dans chacune des deux universités partenaires, les étudiants obtiennent dans chaque institution au moins 40 crédits ECTS.

Atouts spécifiques

Liés par d’anciennes relations, les instituts d’histoire des deux universités constituent un partenariat enrichissant et équilibré. De taille modeste, les Universités de Neuchâtel et de Lucerne favorisent toutes deux les contacts interdisciplinaires et privilégient la proximité entre étudiants et enseignants.

Méthodes d’enseignement

L’offre est très complémentaire en histoire moderne et contemporaine, avec Neuchâtel qui est spécialisée en histoire économique et sociale ainsi qu’en histoire religieuse, et Lucerne qui dispose de compétences spécifiques en histoire politique. Les deux universités donnent également accès à de nombreux enseignements en histoire du Moyen Âge et de la Renaissance. Par conséquent, non seulement la formation proposée présente une importante variété thématique, mais elle couvre également l’ensemble des périodes historiques. L’objectif d’une formation bilingue est donc atteint sans porter préjudice à la cohérence de l’instruction historique.

Objectifs

Les spécificités culturelles ont toujours joué important dans l’analyse historique. Or la Suisse présente des traditions historiographiques variées, en particulier celles des mondes germanophone et francophone occupent une place de choix. Une formation qui allie ces deux traditions est donc particulièrement enrichissante. Elle vise trois types d’objectifs :

  • objectifs épistémologiques : prise de conscience critique des spécificités de la connaissance historique et relativisation de la valeur du discours historique grâce à la confrontation des traditions historiographiques germanophone et francophone
  • objectifs méthodologiques : familiarisation avec les outils de l’historien venus de traditions différentes mais aussi de par la rédaction de travaux (séminaires, mémoire)
  • objectifs linguistiques : maîtrise très avancée de deux langues nationales et de la terminologie disciplinaire en langue française et allemande

Structure de la formation

Le cursus proposé est de 120 crédits ECTS au total et la durée de formation régulière de quatre semestres, dont au moins deux doivent être passés dans chacune des universités partenaires. 40 crédits au moins doivent être acquis auprès de chacune des universités partenaires. 30 crédits sont octroyés pour le travail de mémoire, rédigé dans l’une des deux universités. Par le jeu des options et le choix du sujet de mémoire, il est possible de donner à son cursus une orientation spécifique - sur les plans chronologique et/ou thématique. Grâce à la multiplicité des offres d’enseignement de Neuchâtel et de Lucerne, l’étudiant peut favoriser l’éclectisme ou, au contraire, une spécialisation, que cela soit dans le cadre de la formation en histoire ancienne, médiévale, moderne ou contemporaine. Il peut également choisir une spécialisation en histoire économique et sociale, en histoire politique, en histoire culturelle ou préférer un panachage.

Mobilité

L’Université de Neuchâtel encourage ses étudiants à effectuer une partie de leurs cursus (un à deux semestres) dans une autre université, en Suisse ou à l’étranger. Elle leur offre un soutien administratif pour la préparation de leur séjour. Les cours suivis dans une autre université (contenu, charge travail et crédits ECTS) remplacent tout ou partie ceux que l’étudiant aurait suivis s’il était resté à l’UniNE. Durant son séjour de mobilité, l’étudiant reste immatriculé à l’UniNE.

Infos

Titre délivré
Master of Arts bilingue en histoire
(Bilingual Master of Arts in History)
Crédits
120 ECTS, 4 semestres
Langue d'enseignement
  / 

Fiche du master

Perspectives professionnelles

  • Enseignement secondaire inférieur et supérieur
  • Enseignement et recherche universitaires
  • Relations publiques (secteurs privé ou public)
  • Journalisme
  • Monde de l’édition et du livre
  • Institutions culturelles (archives publiques et privées, musées, services de documentation)

Concept sport-études