Communiqué

NCCR Survie des plantes: big in Japan !

10 janvier 2011

Des spécialistes suisses des chloroplastes (organites des cellules végétales responsables de la photosynthèse) rencontrent leurs homologues japonais dès aujourd'hui et ce jusqu'au 14 janvier à Villars-sur-Ollon (VD). Soutenu par le Fonds national suisse et la Société japonaise pour la promotion de la science (JSPS), ce séminaire binational est le quatrième du genre depuis 2003. Six professeurs du Pôle de recherche national (NCCR) Survie des plantes y sont invités.

Réservé à une vingtaine de professeurs ou chercheurs avancés triés sur le volet, le colloque a lieu en alternance dans les deux pays. L'édition 2011 s'intéresse à l'adaptation des chloroplastes aux variations des conditions environnementales. On y parlera d'évolution, d'acclimatation et de régulation. Elle est co-organisée par Christian Fankhauser (Université de Lausanne) et Toru Hisabori (Tokyo Institute of Technology).

La coopération entre les deux communautés scientifiques a notamment permis à Felix Kessler, professeur de physiologie végétale à l'Université de Neuchâtel, d'effectuer un séjour à l'Université de Kyoto en été 2010, dans le groupe du professeur Toshiharu Shikanai. Les deux biologistes ont été, indépendamment l'un de l'autre, à l'origine de la découverte d'une protéine (ABC1) jouant un rôle clé dans la régulation de la photosynthèse (action qui transforme la lumière en énergie assimilable par la plante) en fonction des changements de l'environnement (variation de lumière, d'humidité, etc.). Alors que l'équipe de Felix Kessler avait mis en évidence le rôle de la protéine, celle de Toshiharu Shikanai a identifié le gène qui en contrôlait la synthèse. Durant son séjour au pays du soleil levant, le professeur de Neuchâtel s'est intéressé à des méthodes de mesure d'efficacité photosynthétique développées par le laboratoire japonais.

Spécialiste des algues Chlamydomonas, le professeur genevois Jean-David Rochaix est l'initiateur de ces rencontres helvético-japonaises. Il ne tarit pas d'éloges à leur sujet : « Il y a eu une complémentarité très bénéfique entre mon groupe spécialisé dans la génétique moléculaire du chloroplaste et celui de Yuichiro Takahashi (Université d'Okyama) qui est particulièrement performant dans l'analyse biochimique des complexes photosynthétiques. Cette collaboration a donné lieu à de nombreuses publications conjointes. »

Ceci est aussi le cas pour Christian Fankhauser, professeur au Centre intégratif de génomique de l'UniL : « Un article publié en 2010 montrant l'implication d'une protéine (PKS2) dans le positionnement et l'aplatissement des feuilles a été le fruit d'une collaboration avec le groupe de Ken-ichiro Shimazaki (Université de Kyushu) visité lors de l'édition 2008 de cette rencontre. »

De l'avis général, la recherche suisse gagne énormément grâce à ce partenariat. De par leur niveau scientifique très élevé, ces colloques sont autant d'occasion de poursuivre des collaborations fructueuses de longue haleine et profitables aux deux pays.

A noter encore que le NCCR Survie des plantes participe à une autre initiative de la JSPS : le programme Core-to-Core qui vise à créer des réseaux de compétences avec des chercheurs d'autres pays, dont la Suisse. Dans ce cadre, une délégation japonaise sera accueillie à Neuchâtel en septembre 2011, en préambule à un congrès international sur la résistance des plantes contre les insectes et les organismes pathogènes



Retour

Contact

Prof. Christian Fankhauser
Centre intégratif de génomique
Université de Lausanne
Christian.fankhauser@unil.ch
Tel. +41 21 692 39 41 / 39 20

En savoir plus

Pôle de recherche national
NCCR Survie des plantes