Communiqué

L'UniNE active dans la lutte contre la sécheresse au Kenya et en Somalie

01 septembre 2011

L’Université de Neuchâtel accueille cette semaine une vingtaine de professionnels du domaine de l'eau et de la santé dans le cadre d’un cours organisé par le Centre d'hydrogéologie et l’unité WATHAB du Comité international de la Croix-Rouge. Le Centre d’hydrogéologie est aussi actif dans le camp de réfugiés de Daadab, au Kenya dont il gère les puits à distance grâce à un dispositif mis au point en collaboration avec une entreprise d’Auvernier (NE). Ce système a séduit le HCR qui vient de leur confier un projet d’envergure pour la Corne de l’Afrique.

Une vingtaine de professionnels du domaine de l'eau et de la santé travaillant dans un contexte humanitaire sont à Neuchâtel depuis le 27 août jusqu’au au 3 septembre pour suivre un cours intensif de gestion des ressources en eaux en cas d'urgence organisé par le Centre d'hydrogéologie de l'Université de Neuchâtel et l’unité WATHAB du Comité international de la Croix-Rouge.

Unique en son genre en Europe, le cours intitulé "Water and Sanitation in emergencies (WATSAN)" a pour but de donner une introduction autant théorique que pratique à de futurs ingénieurs en eau et en santé dans les domaines de l'exploitation, du traitement, et enfin dans la distribution des ressources en eaux dans des cas d'urgences. Il vise également des objectifs de développement, d'évaluation et de mise en place de plans de crises ainsi qu'un travail de sensibilisation dans les populations à risque. Cette formation s'adresse à des professionnels dans le domaine de l'eau et de la santé travaillant ou souhaitant travailler dans un contexte humanitaire. Après un cours théorique, l'accent est mis sur la partie pratique. Ainsi, pendant deux jours, les 1er et 2 septembre, les alentours du Robinson à Colombier sont transformés en un lieu de simulation d'urgence : les participants, en travaillant par groupes, vont devoir évaluer les ressources en eaux, faire des essais de pompage, de la géophysique, assembler une station de traitement d'eau dans le but d'acheminer l'eau du lac jusqu'au robinet, monter une tente et d'autre matériel d'urgence et développer un concept d'urgence pour un cas de crise.

Les puits du camp de réfugiés de Daadab monitorés depuis Neuchâtel

Mme Jecinta Mwongoli, ingénieure de l’eau travaillant à la mise en place des ouvrages d’eau dans le camp de Dadaab au Kenya, est l’une des participantes au cours WATSAN. Mais l’implication de l’Université de Neuchâtel dans la lutte contre la sécheresse ne se réduit pas à l’organisation de ces cours.

En effet, le Centre d’hydrogéologie, en collaboration avec l’entreprise Tétraèdre d’Auvernier, a mis en place dans le camp de Dadaab un système qui permet de monitorer les puits à distance et de contrôler depuis Neuchâtel le niveau de l’eau et sa composition chimique, afin d’être assuré qu’elle est potable.

Ce système a séduit le HCR qui vient de confier un mandat de quelque 200 000 francs au Centre d’hydrogéologie de l’Université de Neuchâtel afin de mettre en place un tel système de monitoring dans d’autres camps de réfugiés de la Corne de l’Afrique. Un travail qui devrait être terminé à la fin de cette année.

Le communiqué au format pdf

Retour

Contact

Dr. Ellen Milnes
coordinatrice du cours WATSAN
Tél: 032 718 25 94
ellen.milnes@unine.ch

 Secrétariat
Tél. 032 718 26 02

 

Camp de Daadaab au Kenya Camp de Daadaab au Kenya

En savoir plus