Fermer

Société Neuchâteloise des Sciences Naturelles

La Société Neuchâteloise des Sciences Naturelles


A l'affiche

Mercredi 5 mars 2014
Alexandre Aebi, Maître d’enseignement et de recherche en agroécologie Université de Neuchâtel
Châtaigners : un patrimoine biologique et culturel

Affiche Aebi 5mars2014 [PDF]
Affiche Aebi 5mars2014 [JPG]

La culture du châtaignier fait partie des traditions arboricoles suisses. Aujourd’hui, cet arbre est menacé par deux maladies: le chancre et le cynips. Or, les moyens de luttes envisagés pour la sauvegarde des arbres pourraient poser des risques environnementaux. C’est sur cette question qu’une équipe de chercheurs de l’Université de Neuchâtel s’est penchée. Aborder le problème du double point de vue de la biologie et de l’ethnologie permet de mieux en cerner les contours et de formuler des recommandations pour éviter de perdre ce patrimoine.

 

affiche19fev2014_junier.jpg

 

 


Programme du cycle de conférences 2013/14

 télécharger le Programme du cycle 2013/14

Mercredi 30 octobre 2013
Dr Werner Müller
Du loup au chien : quand, où, pourquoi et comment s’est déroulée la domestication du « plus vieil ami de l’Homme » ?

Mercredi 13 novembre 2013
Dr Barbara Molnar
Emotions fortes dans la meute

Mercredi 27 novembre 2013
Dr Toralf Scharf
Les écrans à cristaux liquides au travers de la nano- et microtechnologie

 

Mercredi 11 décembre 2013, 20h

Prof. Klaus Zuberbühler: Des consciences privées de parole

Prof. Klaus Zuberbühler: Des consciences privées de parole

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 15 janvier 2014

Dr Marc Uffer & Christian Trachsel, Neuchâtel évalue son potentiel solaire

Affice - 15.1.2014 - Neuchâtel evalue son potentiel solaire

 

Mercredi 5 février 2014 
Prof. Edward A. D. Mitchell
Des cochons, des sphaignes et des amibes : tour d’horizon de quelques recherches en cours au laboratoire de biologie du sol

Affiche: PDF | JPG

affiche5fev2014_Mitchell.jpg

SNSN Conférence 5 Fev 14, Prof. Mitchell, Bacteries du sol

Comment les organismes du sol réagissent-ils aux perturbations de l’environnement ? Dans quelle mesure les perturbations permettent-elles de créer et maintenir leur incroyable diversité ? Quelles applications pratiques pouvons-nous en retirer ? Ce sont les questions auxquelles les projets de recherches du laboratoire de biologie du sol de l’Université de Neuchâtel permettent de répondre. Un premier étudie les réponses des tourbières aux changements climatiques. Une expérience est en cours au Jardin Botanique de Neuchâtel, qui simule des modifications du niveau de la nappe phréatique. Un second projet étudie les réponses des organismes du sol à la présence de cadavres. Il a pour but de développer de nouveaux indicateurs forensiques permettant de dater la mort de cadavres et de comprendre ainsi comment leur présence façonne la biodiversité des organismes du sol.

 

 

Mercredi 19 février 2014
Prof. Pilar Junier
La logistique du sol : autoroutes fongiques et transport de bactéries

Affiche Pilar Junier 5fev2014 [PDF] 
Affiche Pilar Junier 5fev2014 [JPG]

affiche19fev2014_junier.jpgLes bactéries et les champignons sont les principaux acteurs biologiques dans les sols. Or, l’absence d’eau limite fortement la dispersion des bactéries. Les champignons résolvent ce problème en offrant aux bactéries un moyen de transport via des « autoroutes fongiques ». Cette forme d’association originale entre bactéries et champignons, récemment découverte, apparaît comme fondamentale pour comprendre le fonctionnement des sols.

 

 

 

Mercredi 5 mars 2014
Alexandre Aebi
Châtaigners : un patrimoine biologique et culturel

Affiche Aebi 5mars2014 [PDF] 
Affiche Aebi 5mars2014 [JPG]

affiche5mars2014_Aebi.jpgLa culture du châtaignier fait partie des traditions arboricoles suisses. Aujourd’hui, cet arbre est menacé par deux maladies: le chancre et le cynips. Or, les moyens de luttes envisagés pour la sauvegarde des arbres pourraient poser des risques environnementaux. C’est sur cette question qu’une équipe de chercheurs de l’Université de Neuchâtel s’est penchée. Aborder le problème du double point de vue de la biologie et de l’ethnologie permet de mieux en cerner les contours et de formuler des recommandations pour éviter de perdre ce patrimoine.