Fermer

Migrations chinoises en Suisse: structures et dynamiques des réseaux

Prof. Ellen Hertz, Dr. Marylène Lieber, Florence Levy, Dr. Rosita Fibbi

Depuis le lancement de la politique chinoise de « réforme et ouverture » dans les années 80, les mouvements migratoires des ressortissants de Chine populaire vers l'Europe ont connu une augmentation et une complexification non négligeables, que ce soit par la multiplication des lieux de provenance ou par la diversification des profils des personnes concernées. Si les nouveaux migrants Chinois semblent principalement s'orienter vers les pays où existe déjà une « communauté » bien établie, comme la France, la Grande-Bretagne ou la Hollande, on observe également des flux vers des pays du Sud de l'Europe, ainsi que des pays de l'Est. La situation en Suisse n'a, quant à elle, pas encore fait l'objet d'une étude approfondie.

Cette recherche se propose d'explorer pour la première fois les migrations chinoises en Suisse et de rendre compte des liens, mais également des clivages, qui existent au sein de cette « communauté », en portant une attention particulière aux effets structurants des rapports sociaux internes au groupe (de sexe, de catégorie socio-professionnelle, de provenance géographique), et aux mécanismes de production (ou non) d'une identité collective. L'enquête se focalisera, par le biais d'une analyse des réseaux et d'entretiens semi-directifs, sur les trois villes suisses où le plus grand nombre de Chinois est enregistré (Genève, Lausanne, Zürich), en s'intéressant plus particulièrement aux réseaux dont ils font partie et en mettant l'accent sur les stratégies migratoires, ainsi que sur les expériences et les modes de vie, aussi bien en Chine que dans leur nouveau pays d'accueil.

Retour

infos

financement:
FNS Division 1
durée:
2006-2009
collaborateurs:
Dr. Marylène Lieber (MAPS),
Prof. Ellen Hertz (Institut d'ethnologie),
Florence Levy (doctorante MAPS),
Dr. Rosita Fibbi (Forum suisse pour l'étude des migrations et de la population)