Fermer
ISLC5.gif

Ioana Maria Stoenica

Assitante-doctorante

Centre de linguistique appliquée
Bureau: 307
Adresse postale:
Rue Pierre-à-Mazel 7
2000 Neuchâtel

Téléphone : +41 32 718 1825

ioana-maria.stoenica@unine.ch

Réception des étudiant-e-s: sur rendez-vous

Activités scientifiques

  • Depuis février 2012 - Assistante-doctorante au Centre de Linguistique Appliquée de l'Université de Neuchâtel
  • Mai 2012 - janvier 2013 - Doctorante FNS, chargée des transcriptions et du travail de terrain dans le cadre du projet Sinergia IC-You - équipe de logopédie

Enseignements

  • Depuis septembre 2013: Participation à l'enseignement du séminaire BA « Analyse des interactions verbales ».
  • Depuis 2012 : Participation à l'enseignement du séminaire BA « Introduction aux approches et méthodes en sciences du langage », sous la responsabilité des Prof. S. Pekarek Doehler, G. de Weck et L. de Saussure.
  • 2010 –2011 : Tuteur de la discipline « Morphologie française » du programme d’études intitulé « La formation professionnelle des enseignants de l’enseignement pré-universitaire pour de nouvelles opportunités de développement de la carrière », cofinancé par le Fonds Social Européen et organisé à l’Université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie.
  • 2009 –2010 : Enseignement d’un cours intensif de français (6 heures/semaine) aux étudiants en 1ère année de la Faculté des Lettres de l’Université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie. 

Parcours

  • 2011 – 2012 : Bourse de recherche accordée par l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) pour un stage de  recherche à l’Université de Neuchâtel.
  • 2006 – 2007 : Diplôme de master en traductologie et terminologie (français, anglais, roumain), Faculté des Lettres de l’Université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie.
  • 2005 : Certificat de traducteur juré français, anglais, roumain, Le Ministère de la Justice de Roumanie
  • 2003 – 2004 : Étudiante Erasmus en linguistique française et anglaise à l’Université Rennes 2 Haute Bretagne, France.
  • 2000 – 2005 :  
    • Diplôme de bachelor en langues et littératures française et anglaise, Faculté des Lettres de l’Université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie;                                
    • Certificat de formation du personnel enseignant, l’Université Babes-Bolyai, Cluj-Napoca, Roumanie.  

Formation et écoles doctorales nationales et internationales

  • 24 juin 2014: How turns are designed for social action - atelier organisé dans le cadre de la 4th International Conference on Conversation Analysis à Los Angeles (Etats-Unis).
  • 23 juin 2014: Cooperative organization of human action - atelier organisé dans le cadre de la 4th International Conference on Conversation Analysis à Los Angeles (Etats-Unis).
  • 21-23 mai 2014: Extended multi-unit turns: Pratiques de construction de tours complexes - programme doctoral en sciences du langage organisé par la CUSO à Montézillon (Suisse).
  • 15-17 mai 2013: Interactions en milieu institutionnel: émergence des savoirs-faire et négociation des expertises – programme doctoral en sciences du langage organisé par la CUSO à Montézillon (Suisse).
  • Octobre 2012 - janvier 2013: Module C - Développement professionnel et gestion du travail académique – organisé dans le cadre du Diplôme en Enseignement Supérieur et Technologies de l'Éducation, Université de Fribourg.
  • 27-29 septembre 2012 : Le travail sur la langue en Europe. Histoire des théories linguistiques – école doctorale CUSO en sciences du langage. Journées organisées par Patrick Seriot et Sébastien Moret à Champéry (Suisse).
  • 18-21 juin 2012 : SEQ-i – Séquences en interaction : de la paire adjacente aux activités complexes – école d’été organisée conjointement par le laboratoire ICAR de Lyon et par l’école doctorale HPSLS (Herman Paul School of Linguistics) de Bâle/Freiburg à l’ENS-Lyon (France).
  • 31 mai-2 juin 2012 : La construction du tour dans l’interaction plurilingue – programme doctoral en sciences du langage organisé par la CUSO à Montézillon (Suisse).

Publications

Retour

Domaines de recherche

  • Linguistique interactionnelle (grammaire en interaction)
  • Analyse conversationnelle
  • Etudes des interactions sociales
  • Syntaxe
  • Pragmatique

 

Thèse

Thèse en cours

Le rôle des relatives dans l’organisation séquentielle de l’interaction

  

Directeur : Simona Pekarek Doehler (Université de Neuchâtel)

 

Cette recherche se propose d’étudier le fonctionnement des relatives dans l’organisation de l’interaction sociale. Inscrit dans le courant de la linguistique interactionnelle (fondé en 1996 par le volume d’Ochs, Schegloff et Thompson, intitulé « Interaction and Grammar »), ce travail cherche à montrer la manière dont les interlocuteurs utilisent la grammaire, en général, et les relatives, en particulier, pour accomplir et organiser différentes activités dans l’interaction. Basée sur des données orales en français, recueillies dans des situations d’interaction authentiques et transcrites selon les conventions en vigueur en l’analyse conversationnelle d’inspiration ethnométhodologique, cette recherche démontre, par des analyses qualitatives et séquentielles, la manière dont les participants de l’interaction utilisent des relatives pour accomplir différentes actions sociales telles que : incorporer dans le discours en cours de production des échanges communicatifs déjà effectués, signaler l’affiliation aux propos d’autrui, développer la trajectoire discursive des tours de parole au-delà d’un point de transition possible si celui-ci n’est pas exploité par autrui, etc.. Cette recherche se propose donc de contribuer à une meilleure compréhension du fonctionnement de la grammaire à partir de son utilisation empirique dans différentes situations d’interaction réelles. Ainsi, par l’étude du fonctionnement des relatives dans l’enchaînement temporel et séquentiel des tours et des actions, nous espérons enrichir les travaux actuels sur la relation de dépendance mutuelle entre grammaire et actions sociales. Et, à partir de cela, nous espérons encourager de nouvelles réflexions sur la re-conceptualisation interactionniste des notions grammaticales traditionnelles qui, par leur inertie conceptuelle, ne rendent pas compte de la dynamique interactionnelle et devraient être élargies voire remplacées par des notions propres à une grammaire de l’interaction.