Fermer
ISLC5.gif

Neuchâtel

Le "patois" neuchâtelois est un dialecte de la langue francoprovençale, l'une des trois langues traditionnelles de l'espace gallo-roman, avec l'occitan dans le Sud, et le français (langue d'oïl, avec ses dialectes) au Nord. Neuchâtel se trouve à la limite nord-est du francoprovençal, qui comprend toute la Suisse romande (sauf le Jura), une partie du Jura français, le Lyonnais, le Forez, la Savoie et la Vallée d'Aoste.

Comme tous les dialectes, le parler francoprovençal de Neuchâtel se distinguait légèrement d'un village, d'une vallée à l'autre, sans que cela pose de difficultés pour la compréhension mutuelle.

Les derniers locuteurs du francoprovençal neuchâtelois ont malheureusement disparu dans les années 1920. Peu avant, conscient de sa disparition imminente, un groupe d'intellectuels et patoisants neuchâtelois a essayé de "sauver les meubles", en publiant un volume souvenir, contenant tous les textes en patois neuchâtelois qu'ils avaient pu rassembler. Ce volume a été publié à Neuchâtel en 1895; il se trouve dans toutes les bonnes bibliothèques du canton.

Ci-dessous, nous reproduisons le début d'un récit en patois de Boudry, rédigé par L. Favre, président du Comité du patois de la Société cantonale d'histoire et d'archéologie, avec sa traduction en français régional.

 

 


Le renâ à Dâvid Ronnet

Aë-vo jamai ohyi contâ l'istoire du renâ que Dâvid Ronnet a tioua dé s'n otau, à Bouidry ? Vo peuté la craëre, è l'é la pura veurtâ.

Dâvid Ronnet êtaë én' écofi, on pou couédet, qu'anmâve grô lé dzeneuillè; el é d-avaë mé d'èna dozân-na, avoué on poui que tsantâve dé viadze à la miné, mâ adé à la lévaye du solet. Quaë subiet de la métsance! mé z-ami ! E réveillive to l'otau, to lo vesenau; nion ne povaë restâ u llie quan le poui à Dâvid se boétàve à rélâ. Ç'tu poui étaë s'n orgoû.

Le gran mataë, devan de s'assetâ su sa sulta por tapa son coëur & teri le l'nieu, l'écofi lévâve la tsatire du dzeneuilli por bouèta feur sé dzeneuillé & lé vaër cor dè le néveau. E tsampâve à sé bêté dé gran-nè, de la queurtse, du pan goma dè du lassé, dé cartofiè coûtè, & s'amouésâve à lé vaër medzi, se roba lé pieu bé bocon, s'énoussa por pieu vite s'épyi le dzaifre. E ne reubiâve pâ d'alâ boûtâ dè le ni, apré lé z-oeu, & farfoueilli dè tu lé care por n'è rè lassi. (Le patois neuchâtelois, p. 196)

Le renard de David Ronnet

Avez-vous jamais entendu raconter l'histoire du renard que David Ronnet a tué dans sa maison, à Boudry? Vous pouvez la croire, c'est la pure vérité.

David Bonnet était un cordonnier, un peu coudet, qui aimait beaucoup les poules; il en avait plus d'une douzaine, avec un coq qui chantait quelquefois à minuit, mais régulièrement au lever du soleil. Quel sifflet diabolique, mes amis ! Il réveillait toute la maison, tout le voisinage; personne ne pouvait rester au lit quand le coq de David se mettait à crier. Ce coq était son orgueil.

Le grand matin, avant de s'asseoir sur sa petite chaise pour battre son cuir & tirer le ligneul, le cordonnier levait la chatière du poulailler pour mettre dehors ses poules & les voir courir dans le porche. Il jetait à ses bêtes des graines, du son, du pain trempé dans du lait, des pommes de terre cuites, & s'amusait à les voir manger, se prendre les plus beaux morceaux, s'engouer pour plus vite se remplir l'estomac. Il n'oubliait pas d'aller regarder dans le nid, après les oeufs, & fouiller dans tous les coins pour n'en rien laisser.


Inscription murale du château de Gorgier en patois neuchâtelois

Un jour de pluie, un jour de chaud,
La Béroche a tout à l'eau.
Mieux vaut se taire que trop parler.
(traduction de W. Müller, ancien rédacteur du GPSR)