Fermer
ISLC5.gif

La poésie grecque archaïque et sa préhistoire

Il est bien connu que, pour composer l'Iliade et l'Odyssée, Homère (8e s. av. J-C.) avait à sa disposition une langue très figée et artificielle qui contenait non seulement de nombreuses formules, mais aussi des traits linguistiques hautement archaïques. De toute évidence, l'épopée homérique présuppose une tradition poétique antérieure de plusieurs siècles dont elle a hérité la langue spécifique ainsi que les mythes qu'elle nous présente. La langue homérique se retrouve d'abord chez Hésiode, pour se manifester ensuite dans la littérature grecque de toutes les époques. C'est la perfection littéraire de l'épopée homérique d'une part, et son influence remarquable de l'autre, qui me poussent à la question de savoir comment elle a pu se former. Il me semble indéniable d'admettre que les bases de la tradition homérique se trouvent à l'époque mycénienne. Mais étant donné le manque total de documents écrits entre l'époque des palais mycéniens et le 8e siècle, il n'est pas facile d'en fournir la preuve; les arguments avancés par les savants ne sont souvent pas convaincants. Mais j'ai trouvé des arguments linguistiques dont je pense qu'ils sont irréfutables... (par exemple l'épithète potnia 'maîtresse' qui est très répandu chez Homère et qui, notamment pour des raisons phonétiques, doit être héritée d'une tradition poétique de l'époque mycénienne).

A partir du 7e siècle, le genre de la lyrique devient un moyen d'expression important. Sappho et Alcée, originaires de l'île de Lesbos, en sont des représentants particulièrement célèbres. Leur poésie semble bien couronner une longue tradition poétique antérieure et indépendante d'Homère, ce qui peut de nouveau être démontré par des observations linguistiques (et métriques). L'existence d'une vieille tradition «lyrique» devient encore plus nette si on tient compte également de la lyrique chorale (Pindare etc.). En effet, je crois avoir réussi à étayer l'hypothèse selon laquelle cette dernière remonte à une tradition religieuse très ancienne (2e mill.): dès l'époque préhistorique, un grand nombre d'hymnes devaient être chantés en l'honneur des dieux. La même tradition hymnique doit également avoir inspiré la poésie de Sappho et d'Alcée. Nous devons donc admettre que les bases de la production littéraire de l'époque alphabétique se trouvent au 2e millénaire. Après la chute des royaumes mycéniens (autour de 1200), deux types de poésie (apparentés l'un à l'autre) devait survivre à la catastrophe: l'épopée (qui célèbre les héros humains) et les hymnes (qui célèbrent les dieux). Dans les cités (poleis) naissantes des Siècles Obscurs, les deux genres jouaient sans doute un rôle considérable dans la mesure où ils devaient assurer l'identité culturelle des citoyens. Ainsi, au début de l'époque archaïque, l'ancien héritage poétique est prêt à être développé par la suite.

Les dialectes grecs, y compris le mycénien

Dans le domaine de la dialectologie, mon objectif est de mieux cerner la genèse des langues poétiques de l'époque archaïque, tout particulièrement celle des langues dialectalement mixtes de l'épopée et de la lyrique chorale. Je m'occupe donc surtout du mycénien et des dialectes qui apparaissent dans la littérature (ionien, éolien et dorien).

Explications étymologiques

Un pourcentage considérable du vocabulaire grec n'a pas d'étymologie assurée. Mais l'étymologie d'un grand nombre de mots est susceptible de nous fournir certaines informations sur l'évolution préhistorique de la culture grecque. Un exemple que j'ai étudié récemment est celui du terme polis qui, à l'époque mycénienne, ne désignait évidemment pas encore la cité ... Pour l'instant, je me concentre notamment sur le vocabulaire du culte, y compris les théonymes où il y a de nombreuses solutions à découvrir si on applique systématiquement les règles de la phonétique et de la morphologie (exemple: contrairement à l'interprétation habituelle («celle qui apporte les lois»), l'épithète thesmophoros (pour Déméter) doit signifier «porteuse d'objets sacrés»). Si on s'occupe d'une étymologie, il faut également tenir compte du champ sémantique précis du mot en question; or, dans ce domaine, un travail immense reste à faire.