Fermer
ISLC5.gif

Usages non descriptifs des expressions temporelles

Cette requête porte sur la prolongation d’un projet actuellement en cours de réalisation, dont l’objectif est d’établir le lien entre le temps linguistique, représenté dans les expressions dont la valeur typique est de renvoyer à la temporalité (temps verbaux, connecteurs temporels, adverbes temporels) mais qui reçoivent des usages modaux (comme le futur épistémique), argumentatifs et discursifs (comme maintenant, puis, ensuite, etc.), ou subjectifs, c’est-à-dire modaux dans un sens large (comme déjà ou enfin). L’objectif de la présente requête est de réaliser la dernière partie du projet en fonction des nouveaux éléments que la recherche a soulevés jusqu’ici, et de pouvoir mener à bien l’analyse des données concernant la variété d’expressions concernées, avec un recours contrôlé aux corpus et, dans certains cas, une étude diachronique et comparative. La littérature sur les connecteurs temporels en usage discursif / argumentatif permet d’évoquer la hiérarchisation que de telles expressions permettent de mettre en place : hiérarchisation spatiale par exemple, hiérarchisation argumentative aussi. Au cours du parcours de la littérature mais surtout des recherches conduites dans le cadre du projet, il est apparu que l’une des clés principales pour établir d’une part la sémantique fondamentale de telles expressions et d’autre part les mécanismes d’enrichissement auxquels elles donnent lieu est précisément l’usage le plus éloigné de l’usage référentiel-temporel, à savoir l’usage de structuration discursive/argumentative. Le projet prévoit donc d’affiner la description pour pouvoir produire une explication qui puisse discriminer les effets produits par des expressions sémantiquement temporelles, et des expressions sérielles mais qui reçoivent pragmatiquement une lecture non temporelle. On discrimine dans le projet les usages descriptifs – temporels, et non-descriptifs, à leur tour séparables en plusieurs typologies croisées ; notamment, entre usages discursifs et argumentatifs. Parallèlement, l’analyse des effets modaux des temps verbaux a conduit, à l’examen du futur épistémique, à poser une hypothèse explicative portant sur l’interaction en jeu, orientant l’interprétation vers un effet illocutoire portant sur une inférence au sujet de l’action dans laquelle les interactants prévoient de s’engager. C’est un aspect dont le traitement de détail est important, car il peut fournir un lien inattendu entre approches sémantiques-pragmatiques et sociolinguistiques à propos de ces marques. Enfin, la modalité dans son ensemble est un domaine qui intervient directement dans les effets non descriptifs des expressions temporelles; elle est considérée notamment dans ses effets aspectuels et dans sa portée.