Fermer
ISLC5.gif

Discours et théorie de l’esprit

L’objectif général de ce projet de recherche est de déterminer – en français – si et comment les marqueurs de référence et les constructions prosodiques (plus particulièrement, le jeu des proéminences acoustiques associées aux marqueurs de référence) utilisés par différents locuteurs présentant des états cognitifs variés (participants jeunes, âgés, et présentant une démence type Alzheimer) marquent l’attribution d’états mentaux aux autres (théorie de l’esprit ou mentalisation) en situation d’interaction verbale.

Ces dernières années, de très nombreux travaux ont été consacrés à l’étude de la théorie de l’esprit (TdE), également appelée mentalisation, conçue comme la capacité à attribuer des états mentaux aux autres (intentions, connaissances, croyances) et à utiliser ces représentations pour comprendre, prévoir et juger leurs énoncés et comportements. La grande majorité de ces travaux, focalisés sur les aspects développementaux de cette capacité, ont essentiellement cherché à préciser à partir de quand l’enfant est capable de raisonner sur des états mentaux et quels sont les facteurs qui affectent le développement de cette capacité (i.e., autisme, schizophrénie, syndromes génétiques divers). Transposée chez l’adulte, où les études sont moins nombreuses, la problématique de la TdE prend une autre dimension. Il ne s’agit plus, en effet, de se demander si l’adulte a acquis une TdE, mais plutôt de comprendre comment il l’utilise, c’est-à-dire aussi, comment il résout les défis cognitifs que pose la mentalisation. C’est à cette question complexe que notre projet tentera d’apporter des éléments de réponses en prenant un angle d’attaque novateur : celui du discours et de l’interaction verbale comme ‘lieu d’expression’ pour évaluer l’attribution de connaissances aux autres. La conversation et le discours oral étant les sites fondamentaux de l’utilisation du langage, un nouveau défi consiste maintenant à étudier la mentalisation en situation d’interaction.

Le présent projet sera mené auprès d’un large échantillon de participants sains âgés de 19 à 89 ans, et de participants présentant une démence type Alzheimer (DTA). Deux tâches d’élaboration narrative spécifiquement conçues pour le présent projet permettront d’étudier le rôle joué par les marqueurs de référence et la proéminence acoustique associée à ces marqueurs dans la construction et l’attribution de connaissances partagées entre les interlocuteurs. Différentes mesures des capacités cognitives, des caractéristiques relationnelles, et des habiletés de théorie de l’esprit des participants seront également effectuées dans le but d’explorer l’influence de caractéristiques ou de ‘styles cognitifs’ personnels sur le profil référentiel démontré par chaque individu.

Un tel projet, combinant marqueurs de référence, prosodie, et mesures cognitives pour évaluer l’attribution de connaissances aux autres sur un large échantillon de participants sains et pathologiques est un projet pionnier, aux impacts importants attendus dans plusieurs domaines : ceux du discours, de la prosodie, et de la théorie de l’esprit, mais aussi dans le domaine de l’évaluation clinique en logopédie/neuropsychologie.