Fermer
ISLC5.gif

Les constructions topicales et focales comme ressources interactionnelles

Descriptif

Une question intéressante qui se profile à l'heure actuelle dans différents domaines de la linguistique - sur des bases empiriques tout autant que théoriques - est celle de savoir ce qu'une perspective interactionniste peut apporter à la conceptualisation du système linguistique. Ce projet s'intéresse à la façon dont les structures linguistiques s'organisent à travers l'interaction sociale. Il prend pour objet des constructions syntaxiques qui sont traditionnellement associées à l'organisation des topics et des focus dans le discours (dislocations, présentatives, clivées, etc.). Alors que les propriétés syntaxiques de ces constructions tout autant que leurs fonctions discursives au niveau de la structuration des contenus ont fait l'objet de nombreuses études, le rôle qu'elles jouent dans l'organisation interactionnelle du discours reste encore sous-exploré. Ce projet se propose de combler cette lacune en analysant les fonctions interactives de ces constructions dans des interactions en français impliquant des locuteurs "compétents" (natifs), d'une part, et des enfants en train de développer leur langue première, de l'autre. Ces analyses chercheront à rendre compte de la façon dont s'articulent, dans le domaine étudié, la syntaxe, la structure informationnelle du discours et l'organisation séquentielle des activités sociales dans l'interaction en face-à-face. En établissant un pont entre des paradigmes longtemps restés strictement séparés - à savoir l'analyse conversationnelle et l'approche fonctionnelle du discours - ce projet cherche ainsi à apporter des éléments pertinents pour une (re)conceptualisation actuellement très discutée du rapport entre grammaire et interaction sociale.

Objectifs

Les objectifs du projet sont:

  • identifier les facteurs interactifs qui, à côté des facteurs liés à la structuration de l'information, motivent l'organisation syntaxique des énoncés. 

  • explorer dans quelle mesure différentes variantes de cette organisation (i.e. les constructions topicales et focales) constituent une stabilisation, sous forme grammaticale, de fonctions interactives.
  • contribuer à une meilleure compréhension de l'enchevêtrement des dimensions interactives, informationnelles et syntaxiques du discours.

L'enjeu consiste en ce sens à démontrer que la structure interactionnelle constitue, à côté de la structure informationnelle, un facteur clé dans la structuration formelle des énoncés. Il s'agit ainsi de vérifier, sur des bases empiriques, si l'on peut considérer les constructions topicales et focales comme des instruments formels dont se servent les interlocuteurs non seulement pour se signaler mutuellement le statut informationnel des objets de discours, mais aussi pour coordonner leur orientation réciproque vers la façon dont le discours est interactivement et séquentiellement organisé.