Fermer
bandeau_ILF.jpg

Projet FNS

Edith Boissonnas (1904-1989) dans le cercle Paulhan: lyrisme et société

  
En 1989, Edith Boissonnas révèle, par son testament, qu'elle fait de l'Université de Neuchâtel son unique héritière. C'est ainsi que l'Université se trouva en possession d'un fonds d'archives important, qui est désormais propriété de la Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel. Son contenu est fort riche, entre les manuscrits de l'auteure, ses correspondances - avec Jean Paulhan et Jean Dubuffet, notamment - et ses nombreux inédits en prose, que ce soit romans, nouvelles ou essais. Or, ce véritable trésor reste bien peu exploité.

 Née à Baden en 1904, Edith Boissonnas vivra entre Paris, Genève et Neuchâtel, où son mari, Charles occupe un poste de professeur de chimie à l'Université. Introduite dans le cercle de Jean Paulhan à la fin des années 1930, elle publiera six recueils de poèmes chez Gallimard entre 1946 et 1980 et signera de nombreuses contributions à la Nouvelle NRF (poèmes, proses et critiques d'art).

Cependant, malgré ses recueils édités, sa participation régulière à la Nouvelle NRF et ses liens avec le cercle de Jean Paulhan et le Collège de Sociologie, Edith Boissonnas demeure peu connue en Suisse, son pays d'origine, comme en France, où elle a publié l'ensemble de son oeuvre. Le projet FNS cherchera donc à revaloriser cette oeuvre presque oubliée de la critique littéraire et du grand public, en lui redonnant ainsi sa place au sein du paysage littéraire du XXe siècle. 

Retour