Fermer
_flsh_archeologie_choix.jpg

Archéologie de la Méditerranée antique

Alaoui 2011
À
travers l’enseignement et les recherches de son titulaire, la Chaire d’Archéologie de la Méditerranée antique cultive une approche globale de l’espace méditerranéen conçu comme une koinè (au sens de communauté culturelle) , de la fin du IIe millénaire av. n.è. à la fin de l’Antiquité .

Il s’agit d’appréhender un ensemble dynamique de réseaux d’échanges et d’interactions entre les différentes cultures , établies sur les rives méditerranéennes et parfois au - delà, dont les spécificités (langues, culture matérielle) ont été constamment enrichies d’ apports externes à travers un processus qu’il s’agit d’analyser ( rôle des passeurs, apparition de syncrétismes, réception de répertoires formels et figuratifs , etc. ) .

Mobilisant toutes les sources disponible s (textes anciens, épigraphie, iconographie, culture matérielle) et les outils à disposition de l’archéologue (informatique, analyses de laboratoire , etc. ), doctorants et collaborateurs mènent et/ou participent à des recherches archéologiques, historiques et historiographiques se développant autour de deux axes principaux :

  • L’Afrique du nord antique : avec des recherches en cours au Maroc, en Tunisie, en Libye.

  • La question des mobilités et de la circulation des hommes, des biens et des idées dans la Méditerranée antique et au-delà, avec un prolongement vers les problématiques d’identité et d’altérité.

Le partenariat avec l’école suisse d’archéologie en Grèce (ESAG) et le réseau développé par la Chaire permettent en outre à ses étudiants de participer à des stages et à des recherches en Suisse, en France, en Italie , en Espagne ou en Grèce.

Comme son espace d’étude privilégié, la Chaire d’archéologie de la Méditerranée antique se veut ouverte aux échanges et aux confrontations d’idées : interventions régulière s de chercheurs dans les enseignements et organisation de rencontres scientifiques constituent un apport essentiel à cette démarche,  l’ enseignement et la recherche ne pouvant qu’être partagés, tout comme la Méditerranée pour citer Jean Guilaine.