Fermer
_flsh_histoire_choix.jpg

Bertrand Forclaz

Après des études d’histoire et de sociologie aux Universités de Fribourg et « La Sapienza » de Rome, j’ai obtenu un DEA de sciences sociales à l’EHESS et l’ENS de Paris, puis un doctorat en co-tutelle entre l’EHESS et l’Université de Fribourg, avec une thèse portant sur l’exercice et la négociation de l’autorité dans les campagnes d’Italie centrale aux XVIIe et XVIIIe siècles. J’ai ensuite mené des recherches sur la coexistence confessionnelle aux Pays-bas au XVIIe siècle, dans le cadre du projet professeur boursier de Th. Maissen (Université de Lucerne), puis avec une bourse pour chercheurs avancés du FNS. Le livre en résultant constitue ma thèse d’habilitation, soutenue en décembre 2011 à l’Université de Fribourg.

J’ai enseigné aux universités de Heidelberg, Amsterdam et à l’EHESS, et suis depuis 2012 chargé de cours suppléant à l’Université de Genève. Je donne au sein de l’Institut d’histoire un séminaire de spécialisation (BA) en histoire moderne.

Projet principal : La Guerre de Trente ans aux frontières de l’Empire (1618-1648) : appartenances, expérience, mobilité

Dans cette recherche, je m’intéresse à la perméabilité des frontières politiques et confessionnelles pendant la Guerre de Trente ans, pour les régions de l’Arc jurassien (Evêché de Bâle et Comté de Neuchâtel). Pour les différents acteurs impliqués – autorités politiques, clergé, élites locales – il s’agit tout d’abord de voir quelles appartenances sont déterminantes pour leur action politique, sociale, diplomatique et religieuse pendant le conflit. J’étudie ensuite l’expérience de la guerre qu’ont eue les acteurs, et en particulier les catégories d’interprétation religieuse. A cet égard, les marqueurs confessionnels (miracles et prédication par exemple) représentent des éléments centraux de ma recherche. Enfin, je m’intéresse à la mobilité pendant la guerre, en ce qu’elle explicite les identités. Il s’agit ici en particulier d’étudier le refuge des populations civiles, et de voir s’il correspond aux fronts confessionnels ou si les solidarités de voisinage, par exemple, jouent un rôle.

Principales publications

  • Catholiques au défi de la Réforme. La coexistence confessionnelle à Utrecht au XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2013, sous presse, 420 p.
  • (dir.) L’expérience de la différence religieuse dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Neuchâtel, Alphil, 2013.
  • « La Suisse frontière de catholicité ? Contre-Réforme et Réforme catholique dans le Corps helvétique », Revue suisse d’histoire culturelle et religieuse 106, 2012, p. 567-583.
  • « Solidarités supraconfessionnelles. Réfugiés dans l’arc jurassien pendant la Guerre de Trente Ans (1618-1648) », Revue suisse d’histoire 62/3, 2012, p. 373-389.
  • « La diversité religieuse en Suisse depuis la Réforme », in M. Baumann et J. Stolz (dir.), La nouvelle Suisse religieuse. Risques et chances de sa diversité, Genève, Labor et Fides, 2009, p. 95-105.
  • « Le foyer de la discorde ? Les mariages mixtes à Utrecht au XVIIe siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales 63/5, 2008, p. 1101-1123.
  • La famille Borghese et ses fiefs. L’autorité négociée dans l’Etat pontifical d’Ancien Régime, Rome, Ecole Française de Rome, 2006.


 

Boursier FNS Ambizione

Domaines de recherche

  • Coexistence confessionnelle aux Pays-Bas et en Suisse au XVIIe siècle
  • Guerre de Trente ans
  • Micro-histoire
  • Histoire sociale de l’Italie au XVIIe siècle
  • Ecrits personnels
  • Identités politiques en Suisse à l'époque moderne

Titres et distinctions

  • Habilitation de l'Université de Fribourg (décembre 2011)
  • Doctorat en histoire de l’EHESS (en co-tutelle avec l’Université de Fribourg, 2003)
  • DEA en Sciences sociales (EHESS / ENS, 1999)
  • Licence ès Lettres de l’Université de Fribourg (1998)