Fermer
ethnologie_banniere_2015.jpg

Résumé des cours: printemps 2010


 Yann Laville- TP Musiques et sociétés - MA + 3ème série, - lundi 10h-12h, Institut d'ethnologie -

Au cours des 30 dernières années, les festivals se sont imposés comme une des principales formes de spectacle musical au sein du monde occidental. Dans une perspective ethnomusicologique, ce phénomène a des conséquences bien plus vastes qu'un simple changement de paradigme scénique : il influence directement les musiques jouées, les soumettant à de nouvelles règles de temporalité, de technique, de mise en scène, de concurrence et de séduction.
Le cas est emblématique à propos des artistes de « musiques du monde » qui ont largement adapté leurs pratiques musicales en fonction de ce nouveau cadre. De manière assez paradoxale, sous nos latitudes, les « musiques du monde » sont pourtant largement perçues à travers le prisme de l'authenticité, de la tradition et d'une étique étrangère aux normes du show-business. A ce titre, elles bénéficient de mises en scène particulières visant à souligner leur dimension culturelle et sociale : décors, costumes, stand de nourriture et d'artisanat «exotiques», ateliers pédagogiques (pratiques instrumentale, danse), présence d'association militant pour des causes humanitaires ou développementales...
Sans jugement de valeur, l'exercice proposé consistera donc à partir observer divers festivals de « musiques du monde » en Suisse, à y étudier ce tiraillement entre discours et pratiques et à mieux comprendre ce qui en émerge.

NB : Ce cours sera ouvert à un nombre limité d'étudiant-e-s. Pour y être admis, il faut d'abord avoir suivi le cours «Musique et société». Prévoir des disponibilités pou

r travailler indépendamment, hors des heures d'enseignement et notamment l'été, durant la saison des festivals.


Thierry Wendling - Histoire de l'ethnologie - BA2 + 2ème et 3ème série,  BENEFRI - lundi 12h-14h, Institut d'ethnologie -

Le cours donnera une vue générale des modifications du regard porté sur la diversité culturelle. Le cours sera composé de deux périodes. Dans un premier temps, seront présentées les théories qui ont marqué le développement de l'ethnologie institutionnelle à partir de la fin du 19e s. Les théories (évolutionnisme, diffusionnisme, fonctionnalisme, structuralisme, marxisme, post-modernisme, ...) seront ainsi analysées et mises en regard des méthodes déployées (expédition ethnologique, observation participante, comparaison, usage des sources historiques, ...) et des techniques d'écriture (des monographies à tiroirs aux nouvelles possibilités multimédia). L'examen final portera plus spécifiquement sur cette première partie. Dans un second temps, seront analysées les différentes rhétoriques et thématiques de l'altérité qui ont prévalu pendant toute la période pré-institutionnelle, mais qui restent d'une certaine manière sous-jacentes à tout discours ou science anthropologique.


Marc Coulibaly - Anthropologie thématique - BA2  + 2ème et 3ème série, BENEFRI - lundi 14h-16h - Institut d'ethnologie  - Anthropologie du masque

Le masque phénomène social complexe d'une très grande richesse, symbolique et artistique, cache pour mieux révéler.
L'Europe nous a habitués à contempler des masques devenus dans les musées, dans les catalogues, dans les galeries marchandes, des objets figés, réduits aux seuls visages et dépouillés de tous leurs accessoires. Dans la pratique, en revanche, en Afrique par exemple, les masques cachent tout le corps à la vue, le plus souvent au moyen de revêtements textiles, végétaux, voire animaux; ils sont animés et leurs sorties relèvent d'un «art total»: poésie, danse, théâtre, sculpture, tissage, peinture...
Au-delà de sa définition (1ère séance), le cours proposera une réflexion thématique sur la pratique contemporaine des masques, leurs représentations et leurs enjeux dans différentes sociétés. Il analysera notamment la pratique traditionnelle des masques dans un village bwa du Burkina Faso en lien avec la religion, les mythes, la cosmogonie et l'ordre social, les changements de la tradition à la modernité, avec les stratégies nouvelles de l'utilisation des masques dans le Festival des masques de Dédougou (Burkina Faso), leur rôle dans la définition du patrimoine national, leur dimension identitaire, l'art des masques, les artistes, le marché de l'art, les copies et les faux, les masques au musée et dans les collections de l'Occident, les expositions de masques, la pratique des masques en Appenzell (Suisse), la pratique des masques dans les carnavals de la chrétienté, l'unification des pratiques dans le contexte de la mondialisation.
Une attention particulière sera portée sur les regards croisés portés sur ces objets, sur les multiples réappropriations qui en résultent, localement et globalement, sur l'extraordinaire multifonctionnalité des masques auxquels on fait parler des langages divers, du plus sacré dans l'ordre du divin au plus sacré dans l'ordre de la valeur financière.

Le cours s'appuiera sur mon travail de terrain avec la projection de photographies et de films.


Jean-Jacques Aubert - Introduction générale / Complément - BA1 - lundi 16h-17h, Institut d'ethnologie - Aux origines de la civilisation occidentale

Anthropologues, juristes, historiens, théologiens, philosophes, littéraires et linguistes ont l'habitude d'utiliser des sources écrites qui remontent en tout cas jusqu'au début du 1er millénaire av. J.-C. et de se référer à un cadre désigné du nom de civilisation occidentale. Depuis plusieurs générations, ce cadre a explosé sous le poids du multiculturalisme, mais la référence demeure. Dans ce cours, on s'intéressera à la notion de civilisation occidentale et surtout à ses origines, en s'interrogeant sur la réalité historique du « miracle grec », la construction du droit et des sociétés antiques, et l'invention du monde de l'Antiquité classique.


Thierry Wendling - Introduction à l'ethnologie (+ projection de films ethnographiques et parcours d'ethnologues le mardi)   - Institut d'ethnologie - BA1 - lundi 18h-20h, cours annuel, Faculté des lettres  et des sciences humaines - salle RN02

Dans ce cours, nous examinerons des concepts, des méthodes, des objets et des démarches caractéristiques de la discipline qui s'appelle indifféremment ethnologie ou anthropologie. Un échantillon de cultures, de civilisations, de situations et d'activités sociales seront présentées et analysées tout au long de l'année afin de donner, d'une part, des illustrations concrètes de la diversité culturelle et des grands types de société (depuis les bandes de chasseurs-cueilleurs jusqu'aux Etats et systèmes industriels contemporains) et afin d'apprendre, d'autre part, à poser sur ce monde social si divers un regard anthropologique. Tout au long de l'année, nous aurons également le plaisir de voir des films ethnographiques et d'entendre des membres de l'Institut d'ethnologie nous parler de leurs parcours anthropologiques ; ces présentations font partie de la matière examinable du cours.


Christian Ghasarian - Anthropologie thématique - BA3 + 2ème et 3ème série, BENEFRI - mardi 10h-12h, Institut d'ethnologie - Anthropologie du quotidien 

L'anthropologie donne les moyens de comprendre comment la société et la culture sont organisés (macro) mais sa validité et sa vitalité réside dans sa contribution à la compréhension par les individus de leur propre vécu social, en d'autres termes sa capacité à fournir un éclairage sur la structure sous-jacente à la vie de tous les jours (micro). La prévisibilité de la vie quotidienne peut véritablement être établie en dirigeant le regard anthropologique sur les conduites et situations généralement prises comme allant de soi. L'objectif de ce cours est de voir comment les concepts clés d'une anthropologie du quotidien (culture, normes, valeurs, rôles, statut, socialisation, soi, interaction, situation sociale, sphère d'action, etc.) peuvent être employés pour scruter les moindres détails des pratiques de sens commun, notamment dans les sociétés occidentales, et développer la réflexivité critique, nécessaire à toute recherche en sciences sociales. Les outils et approches analytiques sont principalement empruntés à l'interactionnisme symbolique et à la phénoménologie sociale.


Nadège Sougy - Introduction générale / Complément - BA1 - mardi 14h-16h, FLSH - salle RE48 - Circuler et échanger : Pour une histoire de la mondialisation (XV-XXe siècles)

La mondialisation  n'est pas un phénomène nouveau. Ce cours  a pour objectif de retracer sur la longue durée entre le XVe siècle et le XXe siècle l'évolution des échanges marchands et des circulations humaines.
A partir du XVI e siècle le monde devient le vaste territoire de découvertes et de conquêtes des Européens. Il s'ensuit une mise en relation élargie avec l'Afrique l'Asie et les Amériques dans des jeux complexes de concurrences et de complémentarités.


Christian Ghasarian - Séminaire : méthodes et terrains 1 - BA3 + 2ème et 3ème série, BENEFRI - mardi 14h-16h, tous les 15 jours, Institut d'ethnologie - Spiritualités contemporaines

Ce séminaire est destiné à procurer une expérience de terrain en anthropologie en vue des recherches à mener en MA pour le mémoire. Le thème traité durant les enquêtes se rapporte à l'anthropologie des modèles culturels et sous culturels (notions dont la pertinence sera discutée) et formes de socialisation et de regroupement en jeu dans diverses pratiques spirituelles contemporaines. Les étudiants seront invités à procéder à des enquêtes locales en groupe et à en rendre compte durant le séminaire afin de soulever les dimensions méthodologiques et théoriques des recherches. Outre les exposés, durant l'année scolaire, procurant 5 crédits, un dossier d'une quinzaine de pages synthétisant les travaux entrepris, avec des références d'ouvrages employées, sera aussi comptabilisé pour l'obtention de 5 autres crédits. La présence-participation continue des étudiants aux séminaires est impérative.


Assistant-e-s  - Séminaire I - BA1 - mardi 16h-18h et mercredi 10h-12h, Institut d'ethnologie - Textes fondamentaux

Le séminaire I est réservé aux étudiant-e-s en première année. Il est consacré à l'étude approfondie de grands classiques de l'ethnologie choisis de manière à donner un aperçu de la diversité culturelle. Les travaux dirigés abordent des grands concepts anthropologiques (l'échange, les rites d'initiation, la sorcellerie, les relations entre sexes, etc.) dans une perspective à la fois monographique, théorique et comparative.
 
Dès la constitution d'un groupe, il ne sera pas admis d'en changer.


 Anne Lavanchy -  Anthropologie thématique - MA + 3ème série - mardi 14h-16h, MAPS, salle FH27 - Etudes genre / Thèmes spécifiques

Il s'agit dans ce cours de réfléchir sur les relations entre les rapports sociaux de sexes et d'autres systèmes hiérarchiques, par exemple ceux basés sur la notion de race, l'ethnie, la culture, la religion. Nous verrons d'une part comment, dans les sciences sociales, les relations entre ces systèmes hiérarchiques ont été conceptualisées. Nous nous intéresserons d'autre part aux dimensions interactionnelles de ces catégorisations, au travers des deux questions suivantes : comment à partir d'une réflexion sur les différences, conceptualiser les relations de pouvoir ? Mais aussi comment les gérer, les définir, statuer juridiquement ? Ceci nous amènera à analyser des dispositifs légaux et des politiques publiques qui font intervenir tant les sexes que les races, les ethnies, les religions ou les cultures.


Marion Fresia - Séminaire : méthodes et terrains 2 - BA3 + 2ème et 3ème série, BENEFRI - mardi 16h-18h, tous les 15 jours, Institut d'ethnologie - Terrains sensibles

Ce séminaire s'attachera à réfléchir sur la manière d'aborder des objets d'étude classifiés comme « hors normes » par les institutions dominantes et placés au coeur d'enjeux sociopolitiques contemporains. Ce type d'objets peut désigner des espaces (ghettos, squats, camps de réfugiés, etc.) ou des conditions sociales ou juridiques (sans-papiers, SDF, réfugiés, clandestins, toxicomanes, etc.) que les institutions définissent comme exceptionnels, déviants et/ou illégaux. Il pose au chercheur un ensemble de questionnements méthodologiques, épistémologiques et éthiques spécifiques, relatifs notamment, à l'accès au terrain, aux relations établies avec les institutions dominantes, à l'interprétation et à la restitution de discours de souffrance, ou encore au dilemme entre implication et distanciation vis-à-vis des populations étudiées. Ces questions seront abordées autour du suivi d'enquêtes de terrain que les étudiants mèneront en petits groupes tout au long de l'année, et au terme desquelles ils remettront un rapport écrit.      


Janine Dahinden, Tania Zittoun - Séminaire : Individus, cultures, connaissances - MA + 3ème série - mardi 16h-18h, Faculté des lettres et des sciences humaines, salle RN04 - Religions et appartenances

Les processus de globalisation et de transnationalisation qui caractérisent actuellement nos sociétés se traduisent aussi par une grande diversité religieuse et ethno-culturelle. Constatant la revitalisation de l'Islam, l'émergence des nouvelles formes spirituelles religieuses et la persistance des pratiques traditionnelles chrétiennes, certains auteur-e-s ont fait l'hypothèse que nous assistions à un « retour de la religion ». Au niveau sociologique, la religion apparaît être une catégorie importante pour la production de différences sociales, la création ou le maintien des frontières sociales et symboliques, ou la revendication identitaire. A un niveau plus psychologique, les religions semblent par ailleurs jouer un rôle important dans le travail de construction de sens dans lequel sont engagées les personnes.
Dans ce séminaire, nous proposons d'examiner les religions à l'articulation de ces deux niveaux. Nous verrons comment des religions peuvent être utilisées comme des ressources personnelles, mais aussi en quoi elles sont étroitement liées à des systèmes normatifs et à des questions d'inclusion et exclusion.
Sur la base des lectures des textes classiques et contemporaines issues de différentes perspectives théoriques, nous proposons de discuter de quelles manières et à quelles fins les religions sont actuellement mobilisées comme ressources - par les individus, les institutions, et d'autres acteurs encore.


Thierry Wendling - Parcours d'ethnologues- BA1 + ouvert à tous -  mardi 18h-20h,  tous les 15 jours, Faculté des lettres et des sciences humaines, salle RN02

Programme à venir.


Professeurs MAPS - Propaedeuticum MAPSium - BA1 -  mardi 18h-20h,  tous les 15 jours, Faculté des lettres et des sciences humaines, aula des jeunes-rives - Introduction aux études de la circulation des personnes, des biens et des savoirs

Ce cours d'introduction en sciences humaines et sociales est étroitement lié au projet scientifique de la Maison d'analyse des processus sociaux (MAPS). Cette maison s'est donnée une perspective scientifique qui se fonde d'une part sur la constatation que notre société est aujourd'hui confrontée à des défis nouveaux causés par l'accélération de la circulation des personnes, des connaissances, des capitaux et des images. D'autre part, l'idée de la MAPS est née du constat que, d'un point du vue scientifique, la manière la plus féconde d'analyser et de comprendre les sociétés modernes et leurs défis consistait à adopter une perspective interdisciplinaire.
De cette manière, l'objectif de ce cours est de familiariser les étudiant-e-s aux concepts et théories des sciences humaines et sociales de base, tout en adoptant une clé de lecture spécifique : la circulation des personnes, la circulation des richesses et des biens, et enfin la circulation du savoir, des connaissances et des objets. Lors des différents cours, les professeur-e-s de la MAPS, issu-e-s de diverses disciplines, introduiront des concepts et des théories par le biais d'un fil conducteur, en l'occurrence la circulation.
Ce cours ainsi qu'une série de lectures de base sont obligatoires pour les étudiant-e-s d'ethnologie, de géographie, de sociologie et de psychologie et éducation


Christian Ghasarian - Ethnologie régionale- BA2  + 2ème et 3ème série, BENEFRI - mercredi 08h-10h, Institut d'ethnologie - La Réunion

Véritables laboratoires anthropologiques, les « sociétés créoles » sont des sociétés complexes favorisant l'émergence de personnalités complexes. A travers l'ethnographie des tamouls de l'île de La Réunion notamment, ce cours s'efforce de comprendre comment les membres d'une micro-culture maintiennent et gèrent leurs spécificités culturelles et religieuses dans un contexte pluri-culturel où les modèles dominants divergent parfois radicalement des leurs. On s'attachera a présenter les principales notions du système de représentation de la réalité (hiérarchie, sacrifice, dépendance, chance, destin, pureté, propreté, honneur, etc.), leur mise en pratique dans les sphères familiales, communautaires et sociétales, et les circonstances et conditions des résurgences identitaires. L'approche analytique s'appuiera principalement sur les outils phénoménologiques et interactionnistes symboliques, particulièrement utiles pour comprendre les multiples constructions de la réalité et les jeux de rôles contextuels mis en oeuvre par les acteurs sociaux dans les sociétés multiculturelles.


Marion Fresia - Anthropologie thématique  - MA + 3ème série - mercredi 10h-12h, Institut d'ethnologie - Séminaire de socio-anthropologie du développement


Dans la continuité du cours sur l'anthropologie des sociétés africaines contemporaines, ce séminaire aura pour objectif d'adopter un regard socio-anthropologique sur l'aide au développement comme facteur structurant des dynamiques de changement social dans les pays du Sud. Après avoir interrogé les soubassements idéologiques et historiques de la notion de « développement », il s'agira de comprendre « le développement » comme un processus social, résultant d'une confrontation entre des représentations du monde, des savoirs et des logiques d'action relevant de cultures ou de sous-cultures différentes. A partir d'études de cas concrets, on s'interrogera plus particulièrement sur les représentations et les pratiques des institutions de développement tout comme celles des populations « cibles », sur les processus de réappropriation et d'intermédiation dont les interventions extérieures font l'objet, et sur les dynamiques de changement socioculturel, politique et institutionnel qu'elles peuvent susciter ou révéler à l'échelle locale. Dans une deuxième partie, on abordera également la question des applications de l'anthropologie au développement, en amorçant une réflexion sur la manière dont l'anthropologue peut, dans une perspective de recherche appliquée, mobiliser ses outils conceptuels et ses méthodes d'analyse pour "accompagner" les interventions de développement. Il est recommandé aux étudiants qui choisissent ce séminaire d'avoir suivi au préalable le cours sur les sociétés africaines contemporaines. 


David Bozzini - Anthropologie thématique  - BA2+ 2ème et 3ème série, BENEFRI - mercredi 12h-14h, Institut d'ethnologie - Anthropologie de l'Etat

Depuis une décennie, l'anthropologie de l'état semble avoir reconquis l'intérêt de nombreux chercheurs. A tel point que certains parlent même à cet égard d'une "nouvelle anthropologie" inspirée notamment par les débats sur le transnationalisme et la globalisation qui avaient, dans un premier temps, annoncé la mort des états modernes. Parfois conspuée, parfois courtisée, la notion d'état a toujours entretenu une relation mouvementée avec la recherche anthropologique qui n'a jamais cessé d'en souligner les multiples limites théoriques et méthodologiques. Derrière, en dessous, aux marges, au dessus, à l'intérieur ou à l'extérieur, voici quelques indicateurs "topographiques" qui, associés à l'état, marquent son importance dans l'analyse de nombreux processus. Ils signalent également que l'anthropologie a souvent souhaité penser l'état dans ses relations qu'il entretient avec d'autres phénomènes sociaux qui le dépassent.
L'objectif de ce cours introductif est de parcourir plusieurs approches anthropologiques contemporaines qui replacent l'état moderne et postcolonial au coeur de leurs analyses et qui découvrent de nouvelles manières d'en faire l'ethnographie. La thématique du cours se situe à la croisée de nombreux domaines de l'anthropologie: bien entendu l'anthropologie politique, mais aussi celle juridique et celle des institutions. Elle aborde de front des questions cruciales telles que le pouvoir, l'autorité et l'ordre social, elle s'intéresse également aux phénomènes nationalistes, à la citoyenneté, aux pratiques bureaucratiques et aux modes de gouvernance. Parmi de nombreux sujets, elle traite notamment de la violence, de la militarisation et de la corruption, ainsi qu'elle étudie les diverses formes de résistance mis en oeuvre pour déjouer le pouvoir de l'état et des élites qui le dirigent. Enfin l'anthropologie de l'état est parcourue par de nombreux courants: approches macroscopiques, ethnographies interactionnistes, anthropologie marxiste, sociologie critique, subaltern studies, perspectivisme, etc. Le cours s'organisera autour de lectures choisies (nombreuses en anglais) et de petits exercices d'analyse.


Janine Dahinden - Séminaire : Méthodes et recherches qualitatives en sciences sociales - MA + 3ème série - mercredi 12h-14h, Faculté des lettres et des sciences humaines - salle RO16

Comment entamer une recherche empirique en sciences sociales? Quelles sont les différentes figures théoriques sous-jacentes aux différentes méthodologies ? 
Ce cours annuel de méthodes et recherches qualitatives a différents objectifs : Il s'agit premièrement de faire connaître les concepts, théories et problématiques centraux de la recherche qualitative en science sociales.  Les étudiant-e-s seront familiarisé-e-s avec différentes figures épistémologiques et méthodologiques à l'instar du constructivisme, des approches narratives, ethnographiques, phénoménologiques ou encore de la théorie ancrée mais aussi avec des questions éthiques liées à la recherche qualitative ou avec la question des recherches multi-sites. Deuxièmement, le cours vise à faire découvrir et apprendre aux étudiant-e-s différentes techniques en  méthodes qualitatives, différentes formes d'entretiens individuels (narratif, expert, semi-directif, etc.), focus-groups, observation et observation participante, réseaux sociaux, etc. Finalement, une place importante est donnée à l'apprentissage de l'analyse des données.
Ces objectifs sont atteints par différents moyens et outils. Certaines thématiques sont enseignées de manière traditionnelle de type ex-cathedra par l'enseignante. De plus, les étudiant-e-s doivent acheter un reader avec les textes fondamentaux couvrants les aspects les plus importants de la thématique : Les lectures sont discutées en plenum. En plus, les étudiant-e-s sont impliqué-e-s dans le déroulement du cours non seulement par des débats, mais aussi à travers quatre petits exercices de terrain et par un travail conséquent dans un groupe 'de réflexion'. Les groupes de 'réflexion' servent de lieu de discussion et de ressource pour le développement des outils méthodologiques, pour la préparation du terrain et pour l'analyse des données. Cette démarche permet d'aborder certaines réflexions (relation informateur-chercheur, récolte des données, etc.) d'une manière approfondie et sert de base pour le travail de mémoire. Ce cours se veut être de caractère intégratif en liant théorie, application et réflexivité.
Les étudiant-e-s ayant d'ores et déjà choisi leurs sujets de mémoire, peuvent lier les exercices demandés pour le cours avec leur terrain de mémoire. Pour les autres, l'enseignante propose une thématique générale.


Mihaela Nedelcu - Atelier de méthodes en sciences sociales - BA2 - mercredi 14h-16h, tous les 15 jours, MAPS,  salle FH27

L'atelier de méthodes en sciences sociales a pour objectif de familiariser les étudiant-e-s avec la démarche de recherche en sciences sociales et de les initier aux différentes techniques de récolte des données. L'accent sera mis sur les aspects pratiques du déroulement de la recherche en sciences sociales et sur le métissage (la triangulation) des méthodes de recherche et des techniques de récolte des données, qualitatives et quantitatives. Plus concrètement, les étudiant-e-s apprendront « en faisant ». D'une part, ils apprendront à construire un projet de recherche, à partir d'un thème général proposé en début du semestre, en parcourant ses différentes étapes (de la formulation de la question de départ, la construction de la problématique, du cadre opératoire et de la stratégie générale de vérification et jusqu'au choix des méthodes de recherche et des techniques de récolte des données). D'autre part, les étudiant-e-s approfondiront deux techniques de récolte des données - une qualitative (focus group) et l'autre quantitative (questionnaire) - utilisées de façon complémentaire, à deux moments distincts du processus de recherche.
Cet enseignement étant un atelier de recherche, il est organisé en conséquence. Si chaque séance donne lieu à un bref exposé de la part de son titulaire sur des éléments théoriques permettant d'avancer dans les étapes de la démarche (plus particulièrement sur les méthodes d'enquête par focus group et par questionnaire), l'essentiel se retrouvera dans les débats suscités par le thème de la séance du jour. Ces discussions seront alimentées par les points de vue des participant-e-s et nécessiteront une préparation consistant en lectures des textes recommandés et des travaux de groupe.


Janine Dahinden + équipe MAPS - Séminaire transversal MAPS - MA + 3ème série - mercredi 16h-18h, tous les 15 jours, Faculté des lettres et des sciences humaines,  salle B138 - L'interdisciplinarité mise en oeuvre: concepts théoriques en débat

L'objectif de ce séminaire transversal est de familiariser les étudiant-e-s avec la pratique de l'interdisciplinarité et d'affilier leurs capacités théoriques, réflexives et argumentatives. L'interdisciplinarité, pour être effective, doit se pratiquer sur la base d'un questionnement spécifique. Dans ce sens, le séminaire se donne la tâche d'examiner de façon critique des concepts théoriques proposés et présentés par les étudiant-e-s. Nous débattrons de ces concepts avec des regards croisés, ce qui devrait permettre de mettre en perspectives les approches communes ou différentes des participant-e-s. Pour soutenir la mise en oeuvre de cette interdisciplinarité, seront présent-e-s dans ce séminaire un-e- professeur-e (au moins) de chaque orientation du MA SHS.

Mode de fonctionnement du cours : Les étudiant-e-s choisissent chacun-e un concept (et les concepts associés à celui-ci) pertinent pour leur recherche de mémoire : A titre d'exemples concrets, on pourrait citer les concepts suivants : genre, socialisation, transnationalisme, inégalité, migration, ethnicité, urbanité, justice spatial, etc. Les étudiant-e-s préparent un texte de 8 à 10 pages qui décrit le concept (son historique, son ancrage dans leur(s) discipline(s), ses atouts, ses limites, son utilité par rapport au mémoire, etc.). Ce texte sera envoyé aux participant-e-s avant la séance. Pendant la séance, les étudiant-e-s- exposent leur concept et leurs réflexions. Pour chaque exposé deux 'étudiant-e-s discutant-e-s' préparent préalablement les premiers commentaires et questions qui suivront la présentation. Une grande place sera ensuite laissée aux échanges et débats qui, au fur et à mesure des séances, mettront ces concepts en perspective les uns avec les autres.


Philippe Geslin - TP Anthropologie appliqué- MA + 3ème série - jeudi 10h-12h, Institut d'ethnologie - Séminaire de formation à la pratique anthropotechnologique

Dans le cadre de leur profession, les ethnologues sont souvent amenés à utiliser leurs connaissances pour répondre à des demandes d'intervention émanant de "partenaires sociaux" (minorités, entreprises, mondes ruraux, mondes des arts et des sciences, etc.). La mise en oeuvre de ces connaissances ne va pas de soi. Elle repose sur des savoir faire spécifiques avec lesquels il s'agira de se familiariser dans le cadre de ce séminaire de formation par la pratique. Nous nous fixons plusieurs objectifs : (i) contribuer au développement théorique et méthodologique de l'approche anthropotechnologique, (ii) nous mettre en situation réelle de réponse à des demandes émanant de partenaires sociaux et (iii) accompagner les étudiants inscrits dans leurs démarches de terrain.

En raison du nombre limité de places, le séminaire est ouvert en priorité aux étudiant-e-s inscrit-e-s en Master et 3ème année. Les étudiantes et étudiants intéressés sont priés de prendre contact avec Philippe Geslin. philippe.geslin@unine.ch


 Assistant-e-s - Colloque des mémoires - MA + 3ème série - jeudi 12h-14, tous les 15 jours, Institut d'ethnologie

Adressé aux étudiant-e-s qui entreprennent (ou ont entrepris) la rédaction de leur mémoire de master ou de licence, ce colloque offre un forum de discussion portant sur les différents aspects de la recherche. De la problématisation initiale au terrain et à la rédaction, les dimensions méthodologiques, théoriques, épistémologiques ou éthiques de la construction du savoir anthropologique sont discutées en fonction de l'avancement des travaux de chacun-e. A chacune des séances, deux personnes présentent leurs travaux. Une semaine auparavant, elles envoient aux autres participant-e-s un texte de présentation pour lequel il n'y a aucune contrainte ni de fond ni de forme.


Octave Debary - Ethnomuse - BA3 + 2ème et 3ème série, BENEFRI - jeudi 14h-16h, tous les 15 jours, Institut d'ethnologie - Introduction à l'ethnomuséologie : du musée d'ethnographie à l'ethnographie du musée  (25 février, 4 mars, 18 mars, 15 avril, 29 avril, 6 mai, 27 mai)

À travers l'analyse de l'histoire des musées d'ethnographie, ce cours se propose de comprendre les enjeux qui lient l'ethnologie à ses musées. Depuis le XIXe siècle, les musées d'ethnographie, en exposant des objets, exposent le traitement qu'ils réservent aux sociétés d'origine de ces objets. Nous envisagerons les différents moments de cette histoire en abordant ses grands paradigmes : naturalisme, culturalisme et esthétisme.  Nous aborderons également les questions qui entourent les rapports entre l'art et l'ethnologie. Dans une perspective plus générale, nous poserons les fondements d'une réflexion qui nous conduira à passer d'une histoire des musées d'ethnographie à une ethnographie du musée et des institutions de la culture.  


Philippe Geslin - Anthropologie thématique - MA + 3ème série - jeudi 14h-16h, Laténium - Anthropologie des techniques, anthropologie de l'objet

L'anthropologie des techniques accorde une place prépondérante aux pratiques mises en oeuvre dans ces relations qui se tissent entre les hommes et les choses. Elle porte une attention particulière aux acteurs et aux activités qu'ils déploient. On étudie les gestes, les paroles qu'ils prononcent, les objets qui agissent et sont agis. On accorde aussi une importance appuyée aux aspects cognitifs à l'oeuvre dans de telles situations. Ces pratiques s'inscrivent systématiquement dans des contextes immédiats et étendus. De fait, la technique est sociale et le social est technique. L'anthropologie des techniques et l'anthropologie de l'objet ont une généalogie commune que nous nous proposons de parcourir, en partant de textes fondamentaux mais aussi en nous référant systématiquement à des exemples de « terrains » issus des domaines convoqués


Octave Debary - Anthropologie thématique - MA + 3ème série - jeudi 16h-18h, tous les 15 jours, Faculté des lettres  et des sciences humaines  - RO12 - Sociologie/anthropologie de l'art : de la sociologie de l'art à l'art comme société
((25 février, 4 mars, 18 mars, 1 avril, 15 avril, 6 mai, 27 mai)

Nous proposons dans ce cours de questionner l'art à partir des notions de « monde » et de « fabrication ». Nous partirons de l'idée selon laquelle la fabrication des mondes de l'art repose sur l'accomplissement d'un véritable travail (production, diffusion, réception). Nous examinerons comment ce travail trouve dans le jazz et en particulier dans la sociologie d'Howard Becker, le modèle de toute pratique sociale. Entre l'apprentissage d'un répertoire commun et l'exécution d'une improvisation singulière, cette musique implique « un art de faire » comparable à « une pratique ordinaire jouée par un art », pour reprendre l'expression de Michel de Certeau. De ce point de vue, une sociologie de l'art peut fournir les bases d'une heuristique à une sociologie générale. En se fabriquant comme -une- société, l'art et les marchés culturels s'assignent autant une place de réflexivité que de productivité. Nous questionnerons le sens et les enjeux de ce phénomène en empruntant des exemples aux domaines des arts plastiques, de la photographie, de la muséologie et du cinéma.


Tania Zittoun, Anne-Nelley Perret Clermont - Introduction générale / complément - BA1 - jeudi 16h-18h, Faculté des lettres  et des sciences humaines - salle RN02 - Psychologie sociale

La psychologie sociale étudie l'articulation entre les processus individuels et les processus collectifs. Différents processus en jeu (attribution, influence, identité, catégorisation, etc.) seront étudiés et illustrés par l'examen de situations psychopédagogiques.
Les étudiant-e-s seront sensibilisé-e-s aux principaux concepts de la psychologie sociale et aux influences que certains processus psychosociaux peuvent avoir sur l'éducation et la formation.


 Richard Glauser - Introduction générale / complément - BA1 - vendredi 08h-10h, Faculté des lettres  et des sciences humaines - salle RO14 - Philosophie de l'art

Faisant partie d'une série de cours d'introduction aux problèmes de la philosophie donnés chaque semestre, ce cours est destiné à tous les étudiants de Bachelor, mais est ouvert à tous. Le but du cours est de présenter et d'examiner de manière introductive quelques-uns des problèmes principaux de la philosophie de l'art, tels que : la définition de l'oeuvre d'art; l'ontologie de l'oeuvre d'art; le statut des propriétés et des valeurs esthétiques; la nature de l'expérience esthétique; le jugement esthétique et le goût. En examinant ces problèmes, nous étudierons quelques-unes des solutions principales qu'on a tenté de leur apporter. Puis, nous examinerons et évaluerons les arguments utilisés pour défendre ou critiquer les positions et les thèses en jeu. La présentation et l'analyse seront systématiques; les problèmes, les théories et les arguments seront situés dans leurs contextes historiques respectifs. Des lectures personnelles seront demandées ; les textes seront disponibles en temps voulu sur Claroline.


Grégoire Mayor  - TP  Anthropologie visuelle - MA + 3ème série - vendredi 14h-16h, cours annuel, tous les 15 jours,  Institut d'ethnologie 

La réalisation d'un court métrage permet d'interroger par la pratique l'utilisation des moyens audiovisuels dans la recherche en ethnologie. De la définition de la problématique à la présentation publique du film en passant par le tournage et le montage, les étudiant-e-s ont l'occasion d'aborder un terrain proche, de se confronter à des questions méthodologiques fondamentales et ainsi que de prendre en compte les enjeux relatifs à la mise en images et en récit d'une recherche. Le cours comprend une introduction aux outils de tournage et de montage mis à disposition par l'institut.


Florence Weber  - Ethnographie des problèmes économiques contemporains - MA + 3ème série - vendredi 14h-18h, tous les 15 jours,  salle FH27

Horaire à définir en début de semestre

Ce cours de 7 séances de 4 heures permet de prendre une vue d'ensemble sur les problèmes économiques contemporains, à partir d'une approche empirique adossée aux débats théoriques en sociologie et en anthropologie. La problématique centrale du cours concerne les processus sociaux par lesquels les individus deviennent des acteurs économiques : la socialisation économique. Le débat avec les théories économiques (microéconomie du consommateur, théories du marché et de l'information, économie des institutions) sera abordé au fur et à mesure des séances. Aucune connaissance préalable en économie n'est exigée. Après plusieurs séances consacrées à la consommation et aux interactions sur différents marchés, on montrera l'importance du cadre juridique dans des contextes historiques différents, la diffusion d'une vulgate économique à travers les cultures de l'audit, les transformations contemporaines du salariat et des politiques sociales européennes. On s'intéressera ensuite aux questions soulevées par l'économie informelle, au Sud et au Nord, avant d'analyser les inégalités sociales à l'échelle nationale et à l'échelle mondiale. On s'arrêtera enfin sur deux politiques publiques qui mettent en évidence les liens entre science, marché, Etats et organisations mondiales, la santé et l'environnement, avant de proposer une approche des différences et des connexions entre économies occidentales, économies en développement et économies postcommunistes, à la lumière des socialisations économiques et des occasions de profit.