Fermer

Programme des cafés scientifiques 2015

Spécial 10 ans : La réalité du rêve américain

Mercredi 14 janvier 2015

En janvier 2005 s’ouvrait le premier café scientifique neuchâtelois à l’enseigne de CaféIN sous le titre « Les Etats-Unis ou les limites de l’idéalisme ». Son dixième anniversaire correspond hélas aussi à une décennie de campagnes militaires bâclées, menées au nom d'un idéal de liberté. Nous rouvrons donc la discussion, plus que jamais d’actualité, sur l'écart entre le mythe américain et les réalités manifestées dans sa vie politique, sociale, et culturelle. Si les USA continuent à nourrir les rêves et à donner libre cours à la créativité, ils traversent actuellement une crise d'identité. Et tandis que le président Obama a suivi une politique très réaliste, la droite libertarienne s'est emparée des idéaux fondateurs. Le débat sera l’occasion de revisiter les origines de cet idéalisme et de s'interroger sur les raisons de cette crise. Le rêve américain est-il déchu?

Intervenants:

  • Patrick Vincent, professeur de littératures anglaise et américaine, UniNE
  • Urs Ziswiler, ancien ambassadeur de Suisse aux USA
  • David Sylvan, professeur en relations internationales et sciences politiques, HEID, Genève
  • Marc Atallah, directeur de la Maison d’ailleurs qui a hébergé l’exposition Superman, Batman & Co… mics !  

Modération: Séverine Ambrus, journaliste à la RTS

Soirée anniversaire suivie d’un buffet apéritif offert !

Enregistrement intégral du débat (mp3)

9 février, quoi de neuf ?

Mercredi 11 février 2015

Un an après les votations du 9 février  2014 limitant la venue d’étrangers vers la Suisse, quelles sont les pistes entrevues par la Confédération et l’Union européenne pour sortir de la crise? Quelle est la situation des accords entre les hautes écoles suisses et les pays de l’UE? Que peuvent espérer les chercheurs et les étudiants en matière de mobilité? Qu’en pensent les experts du NCCR On the move, un pôle de recherche national piloté par l’Université de Neuchâtel et dont l’objectif est l’étude des migrations et de la mobilité? Autant d’interrogations qui marquent l’anniversaire d’un changement brutal des relations entre la Suisse et ses partenaires européens.

Intervenants:

  • Cesla Amarelle, prof. assistante, Faculté de droit, UniNE, membre du NCCR On the move, conseillère nationale (PS/VD)
  • Raymond Clottu, conseiller national (UDC/NE)
  • Marie-France Farine, responsable du service de la mobilité à UniNE
  • Mauro Moruzzi, député Vert-Libéral, ambassadeur, chef de la division Relations internationales du Secrétariat d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI).
  • Walter Willener, député UDC, président de la sous-commission de gestion du DEF.

Modération: Jean-Jacques Aubert, vice-recteur enseignement, UniNE

Enregistrement inrégral du débat (mp3)

Gaspiller pour mieux partager

Mercredi 11 mars 2015

Les initiatives étudiantes prônant le partage se multiplient. Distributions de denrées invendues, disco-soupes ou autres boîtes à troc ont tout pour paraître louables. Pourtant, ces actions tirent leur raison d’être du surplus que les commerces ne parviennent pas à écouler ou du débarras d’objets que nous avons achetés sans en avoir forcément besoin. Et si ce gaspillage contribuait à l’éveil des consciences, porté aujourd’hui par des protagonistes dont le look rappelle les babas cool ou autres beatniks des années 1970? Qu’en est-il d’ailleurs de l’opinion des soixante-huitards sur ces mouvements solidaires? A l’inverse, quels regards portent les auteurs de ces initiatives sur leurs aînés qui rêvaient déjà d’un monde plus égalitaire?

Intervenants:

  • Théo Buss, ex-président de la FEN et de l’UNES, théologien, journaliste, co-fondateur des Magasins du monde, La Chaux-de-Fonds
  • Aline Catzeflis, membre de l'Alternative Etudiante Durable (AED), UniNE
  • Oscar Morand, membre du Groupe d’aménagement de l’Université (GRAMU), UniNE
  • Claudine Stähli-Wolf, éducatrice, ancienne Conseillère communale de la Chaux-de-Fonds et députée (POP)

Modération: Igor Chlebny, CaféIN

Enregistrement intégral du débat (mp3)

Islamophobie: le racisme en toute bonne foi

Mercredi 22 avril 2015

« Si on compare notre époque à celle de l’avant-guerre, on pourrait dire qu’aujourd’hui le musulman a remplacé le juif dans les représentations et la construction d’un bouc émissaire. » C’est la constatation que fait la Commission nationale consultative des droits de l’homme, en France, dans son rapport 2013. En Suisse aussi l’Islam est mal vu. Une recherche récente, menée par le Laboratoire d’études transnationales de l’Université de Neuchâtel, montre que pour les jeunes Neuchâtelois, « l’autre » c’est le musulman et que sa religion est mauvaise. Un rejet de la religion qui banalise le racisme antimusulman jusqu’à le rendre tolérable, voire de bon ton.

Intervenants:

  • Kerstin Duemmler, coauteure de l’étude UniNE « Religion et ethnicité: quelles pratiques, quelles identités, quelles frontières? Une étude avec de jeunes
    adultes »
  • Nadia Karmous, présidente de l'Association culturelle des femmes musulmanes de Suisse (ACFMS) et directrice de l'Institut culturel musulman de Suisse (ICMS)
  • Alpaslan Korkmaz, entrepreneur, chargé de cours à l'UniNE et président de la Fondation culturelle Anatolie à Neuchâtel
  • Mallory Schneuwly Purdie, sociologue à Pluralités, responsable de recherche au Centre suisse islam et société de l’Université de Fribourg

Modération: Claudine Assad, CaféIN

Enregistrement intégral du débat (mp3)

Réseaux sociaux: la pub sans foi ni loi

Mercredi 20 mai 2015

Les réseaux sociaux offrent aux publicitaires un champ de créativité sans scrupules. En octobre 2014, l’acteur Mathieu Kassovitz usurpait les comptes Facebook de critiques de cinéma pour la promotion d’un film dans lequel il incarne… un usurpateur d’identité. En plein dans le mille, mais à la limite de la légalité ! Plus léger, le hashtag #FindSandra de l’automne dernier a piégé bon nombre d’internautes. Ce n’était pas une histoire d’amour, mais un coup de pub pour un chocolat suisse. Il a fait de nombreux déçus, trompés par une intention qu’ils croyaient sincère. Les messages ambigus ne se rencontrent cependant pas seulement sur les réseaux sociaux. Les média traditionnels expérimentent sur internet des formes de publireportage qui ressemblent de plus en plus à des éditoriaux. Que penser de toutes ces actions? Comment les cadrer juridiquement et surtout dans la pratique?

Intervenants:

  • Linda Lemarié, professeure assistante en publicité, UniNE
  • Eileen Schuch, fondatrice de Coolbrandz.com, Lausanne
  • Renée Bäni, Digital Project Manager, Présence Suisse

Modération:  Peter Rothenbühler, journaliste

Enregistrement intégral du débat (mp3)

Micropolluants au robinet: à votre santé!

Mercredi 9 septembre 2015

La grande majorité des contrôles fédéraux confirme qu’en Suisse les distributeurs d’eau potable satisfont aux critères de qualité édictés par la législation. Mais nos lois prennent-elles en compte les effets des résidus de médicaments, d’hormones ou de pesticides, regroupés sous l’appellation de micropolluants? Parmi ces substances susceptibles d’affecter le système immunitaire se cachent des perturbateurs endocriniens, tandis que leurs effets combinés sur la santé restent largement méconnus. Leur quantité est-elle réellement en augmentation ou est-ce juste le résultat d’analyses de plus en plus sensibles? Par ailleurs, quelle influence exerceraient la gestion de l’eau et la renaturation des rivières sur la diffusion de ces micropolluants?

La discussion célébrera les 50 ans du CHYN (Centre d’hydrogéologie et de géothermie de l’Université de Neuchâtel) et sera organisée en marge du bicentenaire de la SCNAT (Académie suisse des sciences naturelles) dont l’exposition itinérante Recherche Live ! fera halte sur la Place du port à Neuchâtel du 9 au 12 septembre 2015.

Intervenants:

  • Daniel Hunkeler, professeur du Laboratoire hydrochimie et contaminants, UniNE
  • Philip Brunner, professeur d'hydrogéologie générale, UniNE
  • Pierre Studer, Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, Berne
  • Benoît Ferrari, écotoxicologue, Centre Ecotox, Lausanne

Enregistrement intégral du débat (mp3)

Ah! Ces jeunes!

Mercredi 21 octobre 2015

Déjà Socrate (470-399 avant J.C.) s’en plaignait. « Notre jeunesse aime le luxe, elle est mal élevée, elle se moque de l'autorité et n'a aucune espèce de respect pour les anciens. Nos enfants d'aujourd'hui sont des tyrans. Ils ne se lèvent pas quand un vieillard entre dans une pièce, ils répondent à leurs parents et ils sont tout simplement mauvais. » Serions-nous donc au final des dégénérés par rapport à la société d'il y a 2500 ans? Ou bien le message perpétuellement véhiculé par les vieux est-il tout simplement faux? Comment expliquer ces considérations, alors que seuls 3 à 5% des jeunes commettent des infractions et que la participation des mineurs dans les condamnations pénales a baissé de 22% en 2000 à 11% en 2013?

Intervenants :

  • Alain Clémence, professeur en psychologie sociale à l’Université de Lausanne
  • Daniel Fink, chargé de cours en criminologie et statistique, universités de Lausanne et Lucerne
  • Olivier Guéniat, chef de la police judiciaire neuchâteloise

Modérateur : André Kuhn, professeur de criminologie et de droit pénal, UniNE

Enregistrement intégral du débat (mp3)

Pas si "bad" le Big Data

Mercredi 18 novembre 2015

Le « Big Data » est communément associé à l’exploitation de volumes massifs de données que nous générons, souvent à notre insu. En utilisant son téléphone mobile, en communiquant sur les réseaux sociaux, en questionnant des moteurs de recherche, ou encore en faisant des achats en ligne. Les objets que nous manipulons (véhicules, appareils électroménagers, cartes à puce, etc.) produisent aussi de nombreuses données exploitables. Si les craintes d’atteinte à la vie privée donnent une connotation négative au concept de « Big Data », celui-ci présente aussi des aspects positifs. Par exemple en épidémiologie pour traquer des virus, ou en urbanisme pour améliorer le fonctionnement des villes (« smart cities »). Et si le « Big Data » cachait plus de bons côtés qu’il n’en a l’air ?

Intervenants:

  • Amos Bairoch, professeur au Swiss Institute of Bioinformatics et à l’Université de Genève
  • Antonin Danalet, assistant-doctorant, Laboratoire Transport et Mobilité, EPFL
  • Pascal Felber, professeur à l’Institut d’informatique, UniNE
  • Olivier Ribaux, professeur à l’Ecole des sciences criminelles, UniL
  • Kilian Stoffel, professeur à l’Institut de management de l’information, UniNE

Enregistrement intégral du débat (mp3)