Fermer
_flsh_langue_langue_litterature_allemande_choix.jpg

Deutsch studieren in Neuchâtel

Pourquoi étudier l'allemand ? Et pourquoi à Neuchâtel ?

La majorité des instituts de la Faculté des lettres et sciences humaines (FLSH) se trouvent dans un bâtiment moderne situé dans un des plus beaux endroits de la ville, directement au bord du lac. Les locaux clairs et bien équipés offrent des conditions idéales pour les études et pour les rencontres. Comptant actuellement une centaine d'étudiants, l'institut de langue et littérature allemandes garde ainsi un visage humain. Contrairement à certaines grandes universités, les étudiants n'y sont pas considérés par le corps enseignant comme une masse anonyme, mais lui sont même après peu de temps connus par leur nom. Ce corps enseignant, composé actuellement de deux professeurs ordinaires, d'un professeur associé, d'un lecteur et de deux assistants, s'efforce de prendre en compte les intérêts personnels des étudiants.

Qu'est-ce que l'on attend des étudiants débutants en allemand ? Tout d'abord de la curiosité intellectuelle, l'amour de la lecture et de la littérature en général, de l'intérêt pour les autres langues et cultures, ainsi qu'une certaine sensibilité pour les aspects formels de la langue. Et, chose encore plus importante peut-être: le courage de communiquer dans une langue étrangère malgré des connaissances linguistiques encore imparfaites. Ce qui compte, ce sont de bonnes connaissances de base d'allemand (niveau de maturité romande). Il n'est donc absolument pas nécessaire d'être bilingue ou de langue allemande pour pouvoir faire des études d'allemand à Neuchâtel. La majorité des étudiants de notre institut est de langue maternelle française, et au cours des dernières années, nous avons développé un programme visant au perfectionnement des compétences langagières, répondant particulièrement aux besoins des francophones. Chaque étudiant fait usage de cette offre "à la carte" selon son degré personnel de maîtrise de la langue (apprentissage grammatical, exercices de traduction, laboratoire de langue, atelier d'écriture, etc.). Nous considérons les différentes langues maternelles des étudiants comme des compétences supplémentaires bienvenues et tâchons d'en tirer profit (tandem, pré-correction de travaux de séminaire, etc.; sans oublier que les étudiants de langue allemande doivent rédiger leurs travaux en français dans leurs autres branches).

Nous apportons un soin particulier au conseil des étudiants pour leur séjour linguistique à l'étranger. Outre la possibilité d'effectuer un semestre ou une année d'études aussi bien dans l'ancienne que dans la nouvelle capitale de l'Allemagne - il existe depuis plusieurs années des accords ERASMUS avec les Universités de Bonn et de Berlin - il y a encore d'autres alternatives (par exemple une année en tant qu'assistant de français dans un lycée allemand).

La ville de Neuchâtel, située tout près de la frontière linguistique, et qui fut d'ailleurs pendant plus de 150 ans une principauté prussienne, est depuis plusieurs siècles un lieu d'échanges entre Alémaniques et Romands. C'est ici que Rudolf de Neuchâtel-Fenis, l'un des plus célèbres troubadours "suisses", composa des vers au Moyen Age. C'est également dans cette ville que l'écrivain et dramaturge de renommée mondiale Friedrich Dürrenmatt habita pendant 40 ans. C'est d'ailleurs dans le vallon de l'Ermitage, au pied de Chaumont, que le Centre Dürrenmatt, conçu par l'architecte tessinois Mario Botta, a été inauguré en automne 2000. Lieu de réflexion plutôt que monument commémoratif, ce centre sert d'antenne romande des Archives littéraires suisses. L'offre culturelle de la ville en langue allemande (lectures d'auteurs, projections de films, soirées théâtrales, etc.) est le fruit du Deutsch Club, un forum de rencontres interculturelles fondé il y a 25 ans par une poignée d'anciens étudiants.

L'Université de Neuchâtel offre pour la branche "allemand langue étrangère" un cadre idéal et un programme d'études taillé sur mesure avec un soutien optimal pour les étudiants de langue maternelle française. Et pour ce qui concerne la période après la fin de leurs études, nos licenciés n'ont pas de soucis à se faire: ils ont d'excellentes perspectives professionnelles non seulement dans le domaine de l'enseignement (écoles secondaires, écoles professionnelles, lycées), mais également dans les médias et l'administration (l'administration fédérale emploie ainsi un grand nombre d'anciens étudiants francophones de l'institut comme traducteurs allemand/français). Une étude scientifique sur les conséquences économiques des connaissances linguistiques en Suisse en arrive même à la conclusion suivante: « Au travail, l'allemand rapporte plus que l'anglais ». Il n'y a aucun doute: les études d'allemand apportent et peuvent rapporter beaucoup.